×

Erreur

[SIGPLUS_EXCEPTION_TIMEOUT] Un délai d'exécution a été rencontré pendant la génération des images. La durée maximale d'exécution du script est spécifique au serveur. Le dépassement du temps d'exécution maximal est généralement le résultat de nombreuses images ou de quelques images trop grandes dans une galerie. Vous pouvez recharger la page pour laisser sigplus poursuivre le processus. Si vous recevez périodiquement ce message d'erreur, essayez de réduire le nombre ou la taille des images dans la galerie. Si vous passez cette étape, cependant, vous pouvez être sûr que vos visiteurs ne rencontreront jamais ce message d'erreur, qui est associé à une opération qui est un coût ponctuel lorsqu'une galerie est montrée pour la première fois.

EQUIPAGE : PATRICK, SYLVIE, JEAN-LOUIS, MARTINE, FRANCIS, VIRGINIE

 

La relève avec Yvon a finalement lieu à VILAMOURA, plutôt qu’à OLHAO qui est d’accès un peu complexe avec un grand tirant d’eau.

VILAMOURA est une modeste marina, entourée de 10 terrains de Golf et d’hotels internationaux au milieu d’une pampa de centaines d’hectares infestée de ronds points [1].

Différents modèles de Porsche sont garés autour des bassins, probablement pour éviter de payer les parkings. Un intermarché  tout proche nous permet de faire quelques courses.

 

Le lendemain, départ pour Ayamonte, rive espagnole du Rio Guadiana. Le temps est gris, il pleut même suffisamment  pour que nous enfilions nos vestes de quart, à l’exception de Francis qui tient à profiter de la température qui reste clémente. Le vent est soutenu et nous filons 8 à 9 nœuds, et nous embouquons bientôt le Rio Guadiana.

AYAMONTE est une petite ville frontière agréable, surtout sous le soleil. Le thon rouge y est bon marché, nous en profitons donc pour remplir notre congélateur. La cervoise coule également à flot. Nous dégustons nos premières tapas, les espagnols sont d’un commerce agréable, et les automobilistes laissent passer les piétons sur les passages protégés. La ville est très propre, comme toutes celles que nous verrons par la suite.


[1] La belle sœur du Gouverneur local est, parait il, négociante en round abouts.

 

Le lendemain, départ pour MAZAGON, plus de 20 nds de vent, temps ensoleillé, solent et un ris, toujours grand largue. On se souvient mal de MAZAGON, car la grande marina à moitié vide est loin de la ville : il faut grimper un peu pour trouver la seule rue animée où les quelques restaurants se disputent la clientèle locale : nous cédons aux invitations d’un tavernier ibère : une paella pour ce soir fera l’affaire.

Les sanitaires de la marina sont assez bien dissimulés, et plutôt  bien entretenus.

De MAZAGON, nous partons à ROTA :  Petite ville située en face de CADIX, dans le Golfe éponyme[1]. Le vieux centre jouxte la marina,  et il est truffé de petits restaurants sympathiques, qui servent entre autres du poulpe à la galicienne et de la bière.  La promenade de bord de mer est très agréable au soleil couchant.


[1] Ah ah !

 

Juste en face de ROTA se trouve CADIX :

Nous décidons de visiter CADIX, et une petite traversée nous mène à la marina de de Puerto America, tout près du port à conteneurs. Avec surprise, je découvre que l’hôtesse est la même qu’à ROTA. Elle est très honorée de voir que je la poursuis de mes assiduités maritimes et m’explique  qu’elle sera bientôt au chômage.

Nous nous mettons en route pour aller présenter nos hommages, et plus si affinités,  à la belle de CADIX, que nous trouvons  sur le port dans une tenue qui laisse peu à l’imagination (que nous avons pourtant grande).

Promenade sur les remparts, visite de toutes les vieilles pierres, cathédrale comprise.

C’est un morceau cette cathédrale, de la crypte à la tour des cloches en passant par toutes les chapelles intermédiaires, nous en  sortons avec une grande soif. Vite une cerveza !

Bon, c’est pas tout ça, mais il paraît que les vents passent à l’est dès le premier juillet de chaque année, et comme les courants portent facilement à l’est car la méditerranée s’évapore, il ne faudrait pas tarder à passer Tarifa.

Cap sur BARBATE, avec solent et 2 ris car le vent se renforce, toujours largue. Très vite nous arrivons à l’entrée de Barbate, moyennant le passage de quelques déferlantes sur les hauts fonds, et en évitant les filets à thon qui trainent un peu partout.

Nous rencontrons quelques baroudeurs nautiques en provenance du Maroc.

BARBATE c’est loin de la marina, il faut traverser un no mans land, de plusieurs km avant de trouver la ville.  No mans land temporaire, car nous croisons des semi remorques pleins de centaines de fûts de bière et des alignements de centaines de toilettes mobiles, en vertu du principe des vases communicants, le tout au milieux d’échafaudages qui nous font pressentir qu’une sorte de rave[1] ou de teuf géante est prévue pour bientôt.

Enfin, si le temps le permet, nous partirons avant que les fûts et les caisses ne soient mis en perce !

Le beau temps et le vent sont toujours là, bientôt les côtes du Maroc apparaissent, Nous croisons un zodiac de la croix rouge, qui patrouille dans le détroit à la recherche d’hypothétiques immigrants. Nous doublons Tarifa, et nous atteignons bientôt Gibraltar.



[1] Il ne s’agit en tout cas pas de rage qui pourrait servir de verve.

Les Britanniques ayant confirmé par le Brexit leur félonie foncière[1], nous décidons de relâcher en Espagne à ALCAIDESA, plutôt qu’à la Queen’s marina, par mesure de rétorsion.

Le soir, nous entendons un pauvre hère hurler à pleins poumons. Il s’agirait, nous dit on, d’une terrible maladie endémique du nom de « Flamenco », qu’il aurait contracté. Il en est au dernier stade de la maladie, et un matador en retraite a été  requis par ses voisins  pour abréger ses souffrances.  Il a gardé suffisamment d’habileté et de vigueur pour lui porter l’estocade salvatrice ; en récompense il pourra emporter, comme le veut la tradition, la queue et les deux oreilles... On se demande bien ce qu’il pourra en faire, mais il faut respecter les traditions.

Voyons maintenant  ce qui se passe à Gibraltar. On y rentre à pied, après avoir montré patte blanche à la douane. Il faut ensuite traverser, toujours à pied, la piste d’atterrissage, sans se faire écraser par les avions. Très vite on se retrouve en Angleterre, avec en plus du soleil, des singes et des palmiers, ce qui rend la situation plus supportable. Le téléphérique permet de monter au sommet du rocher, et de découvrir un paysage époustouflant : la baie de Gibraltar, le Maroc…



[1] Rappelons pour ceux qui n’auraient pas suivi les derniers épisodes : Jeanne d’Arc, Mers El Khébir, le système métrique…

Le Rocher est un vrai gruyère : une énorme grotte, style Padirac, et près de 50 km de tunnels militaires datant de plusieurs siècles.

Sur la marina  nous rencontrons un Gallois qui a beaucoup vécu au Liban en Algérie et en Angola. Quand je lui demande s’il travaillait dans le pétrole, il me répond par un geste d’épauler une arme, ce qui me fait comprendre qu’il est préférable d’éviter toute autre question dont je ne connaitrais pas la réponse.

Voilà que nous quittons Gibraltar pour La Duquesa. La mer est très forte, et le vent contraire cette fois ci (nous sommes le 1 juillet), et le courant est aussi contre nous, c’est sûrement un coup des anglais.

L’entrée de la Duquesa est un peu délicate, vu l’étroitesse de l’entrée, la proximité de la plage, et les déferlantes qu’il faut prendre par le travers.

 

 

 Sans les mains !

 

 

 

L’absence de cat way nous oblige au traditionnel mouillage sur pendille, par fort vent de travers, et entre deux grosses vedettes anglaises immatriculées dans des paradis fiscaux dont les occupants ont très peur que nous les abimions. Ils ont bien raison, car je ne suis pas très sûr d’y arriver dans ces conditions. Par miracle, j’y arrive quand même, à leur grand soulagement.

L’accueil du personnel est assez exceptionnel : c’est la seule marina où l’on m’a offert une bouteille de vin à mon arrivée !

L’endroit est très bien aménagé, bars, restaurants, commerces, proximité d’un arrière pays pittoresque.  Cela vaut bien une journée complète d’escale !

Après La Duquesa, Marbella est très différente : des barres d’immeubles compactes, une marina un peu déshéritée mais propre et bien tenue, à proximité d’une plage à l’eau douteuse,  où flottent des remugles provenant des contributions massives au cycle de l’azote des clients d’une chiringuita  voisine..

Malgré tout, la vieille ville de Marbella vaut le déplacement, et n’a rien à voir avec le front de mer.

A FUENGIROLA, nous devons nous contenter d’un ponton d’attente, qui nous permettra finalement d’étaler facilement un coup de vent nocturne de 25/30 nds.

Il ne  reste que quelques milles à parcourir pour rejoindre BENALMADENA, un peu à l’ouest de MALAGA. Peu de vent, ce qui nous permet de pêcher 3 misérables maquereaux que nous rejetons pour cause de taille insuffisante.

BENALMADENA possède deux marinas dont une  dans le style   des mille et une nuits, où l’on a son bateau et sa voiture directement au pied de l’appartement.

L’arrière pays réserve également de bonnes surprises, et la ville de MALAGA est très agréable et vaut quelques jours supplémentaires !

 

Bon, à part cela, rien à signaler …

                                                                                                                      Patrick COLLETER

 

Sirénade et 6 équipiers embarqués prenaient le départ, samedi 6 mai,  pour la première étape d’un long périple.

 

Samedi 6 mai – Le Havre – Cherbourg

En milieu de matinée, nous quittons Le Havre en direction du raz  de Barfleur, par un vent de NE faible au début puis modéré et sous quelques averses. Nous poursuivrons notre route au moteur faute de vent en fin d’après-midi pour ne distinguer les feux des digues de Cherbourg qu’à la tombée de la nuit, après avoir refoulé un peu de courant. Vers 1h du matin, le plat de lentilles-saucisses cuisiné par Monique est le bienvenu.

 

Dimanche 7 mai – Cherbourg – Aurigny

Au près, avec un vent passé au NW et après plusieurs virements de bord, Sirénade traverse le raz Blanchard.. La vie est belle ! Le soleil, le ciel bleu ! Le vent mollit peu à peu, notre attention aussi. Les marmites nous attirent et le raz commence à nous avaler. Au moteur, rapidement, nous reprenons la bonne route. En milieu d’après-midi  Sirénade est amarrée sur coffre, derrière la jetée de Port Braye.

               Port Braye

Le chemin de la côte nord, longeant le Swinge, est très agréable. Les rues du village sont désertes en ce dimanche. Une halte au Divers Inn, qui lui est bondé, s’impose. Dégustation du breuvage local dans une ambiance très décontractée et masculine…un trophée a été offert à un des marins tatoué. C’est Virginie qui en parlera le mieux…

 

Vente d’asperges

 

Lundi 8 mai –  Aurigny – Guernesey

Départ  en fin de matinée pour rallier Guernesey en passant par la Pointe Quénard avec un vent modéré NE. Prise de ris, empannage et descente vers St Peter Port par le chenal du Petit Russel. Vers 17h, nous entrons dans la marina Victoria guidés par le Harbour Master. Tous les bateaux arborent des pavillons dans le port. Des tentes sont dressées sur les quais, les vitrines décorées, la fête de la Libération des Îles, célébrée le 9 mai, se prépare.

 

Vitrine à Guernesey

Mardi 9 mai – Guernesey

C’est la grande fête de la Libération à Guernesey. Fanfare, course à pied, rues réservées aux piétons. Sur le quai des camelots en tout genre s’installent : articles vestimentaires, paniers, bijoux, mais aussi donuts, paëlla, huitres de Herm.

La matinée est réservée à la visite de la maison de Victor Hugo, déjà vue pour certains, mais on ne s’en lasse pas. Au retour on craque pour un « fish and ships » avant d’embarquer pour un circuit autour de lîle en bus.

Arrêt pour visiter la Little Chapel. Réplique miniature de la grotte et de Notre Dame du Rosaire à Lourdes, cette œuvre d’art, recouverte de morceaux de porcelaine est très surprenante. Le soir, c’est la grande fête avec podium musical et feu d’artifice sur le port.

 

Mercredi 10 mai – Guernesey – Jersey

 La route est directe pour rejoindre Jersey avec le vent d’ENE sauf au passage de la Pointe Corbière, au sud. Il nous faudra tirer quelques bords, pour le plus grand plaisir de l’équipage,  avant de rejoindre le chenal  balisé menant au port de Saint-Hélier. La marina est en centre-ville et les terrasses très accueillantes.

         Little Chapel

Jeudi 11 mai – Jersey

Shopping le matin et location de « grande voiture » pour une visite de l’île avec arrêts dans quelques baies : Gorey, le château de Mont-Orgueil, la baie de Rozel, la baie de Bonne nuit et son « fish and ships », Devils Hole, la pointe de Grosnez et la pointe Corbière.

 

 

Vendredi 12 mai – Jersey – Saint-Malo

Dernière journée, dernière escale vers le sud, Saint-Malo, en contournant les Menquiers par l’est. Après passage de la bouée cardinale Les Ardentes,  le vent est quasi nul. Consolation, une famille de dauphins nous accompagne un bon moment.

C’est la folie à bord ! Au moteur, nous rejoignons l’entrée du bassin des Sablons par le chenal principal. Le Grand Jardin est  toujours aussi majestueux.

 

Photo D. De Vecchi

 

 

Samedi 13 mai – Relève d’équipage

Gabriel et son équipage, arrivés à 9h, embarquent, pressés de prendre la mer pour gagner  Lézardrieux,  non sans avoir fait quelques photos des équipages. Une visite rapide intra-muros et un pique-nique devant les remparts puis nous prenons la route du retour.

Superbe semaine pour faire escale sur ces îles anglo-normandes, toujours aussi attractives. En ce début mai, la végétation est luxuriante et la floraison abondante.

Vitrine Saint-Malo

 

Josette Delagarde

 

Le récit de la croisière de David aux Antilles sur un Mahé 36, cliquez ici.

A l’aéroport d’Athènes, Patrick et Sylvie, Gabriel, Danièle, Monique, Francis et Virginie, Claude, découvrent la Grèce : le ciel est bleu, le vent est chaud !

La navette commandée par Gabriel est à l’heure, nous arrivons en tout début d’après midi à la Marina, conduits directement sur le ponton par notre chauffeur  qui doit être un expert en marche arrière, car il devra faire le chemin inverse sans pouvoir faire demi tour !

Le bateau, SOFIANI, est en cours de préparation, mais Gabriel et moi pouvons commencer directement l’état des lieux pendant que le reste de l’équipage va tester l’ouzo dans une taverne avoisinante. L’avitaillement commandé arrive entretemps, et nous pouvons enfin charger nos bagages.

Pour lire la suite du récit de Patrick Colléter, cliquez ici.

Au cours de ce périple de 2 semaines entre Athènes et Corfou, nous avons parcouru un peu plus de 300 milles avec des étapes allant de 4 à 65 milles. Le vent n’a pas été très favorable ni très fort. Le soleil nous a accompagnés tout le temps, avec juste un petit orage à se mettre sous la dent. L’eau était à 26°, juste ce qu’il faut pour multiplier les bains, les sauts, les plongeons, les galipettes, les jeux de balle, les apéritifs dans l’eau, …

Notre Cyclades 50.5 muni d’un propulseur d’étrave et d’un winch électrique était en version 5 cabines, permettant ainsi à notre équipage de 10 personnes de ne pas se sentir à l’étroit. Ce n’était malheureusement pas le cas de notre annexe, largement trop sous-dimensionnée (comme souvent en location).

Tout ceci nous a permis d’effectuer une croisière culturelle avec les visites de Delphes et Olympie. Pour cette dernière, nous avons bénéficié d’un taxi aussi volubile qu’efficace. Nous avons aussi découvert la conduite sur les routes grecques où les panneaux, les stops, les feux et les limitations de vitesse ne servent en fait qu’à faire joli sur les photos.

Le canal de Corinthe, au-delà du droit de péage élevé, ne laisse vraiment pas indifférent et la proximité des parois est plutôt impressionnante.

La sortie du golfe de Patras fait changer d’univers en entrant dans une zone de plus en plus touristique, avec un décor enthousiasmant, des petits ports réjouissants où nous avons eu la chance de souvent trouver une place à quai (parfois la dernière), ces petites plages avec une eau vert émeraude.

Un voilier posé sur un haut-fond de 1 mètre nous a rappelé si besoin en était que la navigation doit rester une affaire sérieuse, mais si l’ambiance est rieuse et détendue.

Nos excursions dans les Tavernas à la recherche de feta, d’ouzo, de slouvakis, moussaka, jus d’orange et autres réjouissances ne nous ont évidemment pas déçues.

Nous avons parfois cherché à prendre de la hauteur, plusieurs d’entre nous se laissant tenter par le parachute ascensionnel. Vraiment génial cette vue d’en haut, surtout quand le paysage est jalonné de magnifiques îles.

Et puis nous sommes arrivés à Corfou. Mouillage au pied de la citadelle, visite de la citadelle, de l’immense vieille ville. Très très agréable, il faudra surement revenir…

A peine revenus et absolument ravis, nous pensons déjà à d’autres destinations vers ces multiples et magnifiques zones de navigation autour de la Grèce.

Michel Latouche