Les baroudeurs avaient choisi cette année comme destination la Norvège, en août, au nord du cercle polaire entre Tromso et les îles Lofoten. Ils s’attendaient à du froid, de la pluie, du ciel gris, ils n’ont pas été déçus. Ils espéraient aussi de fantastiques paysages de mer et de montagne, du soleil parfois, des lumières éclatantes, des reflets sublimes, de l’air pur, des eaux limpides ou couleur grenadine, des cascades, des fjords, des oiseaux, des phoques, des dauphins, de la pêche, une nourriture exquise, un accueil génial, des jours sans fin, de grandes balades à pied, des mouillages idylliques, ils ont été emballés !

Pour en arriver là, ils ont bien été aidés par un bateau (Bavaria 50) très bien équipé, très confortable, et par leurs 2 équipiers norvégiens qui les ont accompagnés la première semaine, avec l’envie permanente de faire découvrir leur pays, leur mode de vie, leur culture, leur nourriture aussi, …

Et la croisière ? Abrités la plupart du temps par les montagnes, nous n’avons jamais eu de conditions météo (20 à 25nd max) ou de mer (2m maxi) difficiles. Sachant que la navigation nécessite une attention très soutenue pour se déplacer entre ces centaines (milliers ?) d’îles, cailloux, … dans un contexte d’abord rude entre Tromso et Svolvaer, avec l’impression de faire du bateau à la montagne, avec la neige à basse altitude, en faisant escale dans des petits villages sur des quais (parfois moins longs que notre bateau)  ou au ponton avec souvent une seule place pour caser nos 15 mètres, en utilisant parfois des échelles de chantier pour pouvoir monter sur le quai, des cordages pour sécuriser nos descentes à bord… Ensuite, à partir de Svolvaer, on entre dans la région sublime des îles Lofoten, faite de fjords majestueux, de mouillages paisibles, de ‘ports’ miniatures où nous trouvions toujours une place (parmi les 2 disponibles maxi…).

Nous en avons pris plein les yeux, fait des milliers de photos, des dizaines de film. Aucun ne pourra retranscrire pleinement ce que nous avons vu et ressenti…

Et le froid dans tout ça ? Bien conseillé par nos équipiers norvégiens, nous avons utilisé en permanence le chauffage du bord, disposant ainsi d’un intérieur (et de vêtements) toujours sec. Les couettes fournies avec la literie ont permis de se dispenser d’utiliser les duvets. Bien protégés par un taud intégral, nous avons pris tous nos repas à l’extérieur. Génial non ?

Et puis il a fallu partir. Certains sont rentrés directement à Paris, d’autres sont repartis vers le cap nord et la frontière russe avec la compagnie Hurtigruten qui assure depuis 1893 une liaison maritime entre Bergen et Kirkenes, avec de très nombreuses escales. Mais c’est d’une autre aventure qu’il s’agit.

Et après ? Difficile d’aller dans ces contrées sans avoir envie de poursuivre les explorations. Un jour prochain peut-être...

Michel Latouche

 

 

Impatience... Et oui, il y a toujours beaucoup d'impatience et d'envie lorsque l'on prévoit de participer à un événement qui n'a lieu que tous les 2 ans. Et puis les doutes ! La météo pas bonne pendant 4 jours ? L'état de notre Sun Fast 40.3 de location ? La possibilité de réellement pouvoir participer à l'événement ?

Et puis le bonheur ! Le BMS du premier jour nous donne l'opportunité d'aller nous balader sur les sentiers côtiers et à Vannes, nous apercevons nos premiers vieux gréments. Le vendredi, à l'aube ou presque, nous prenons la mer pour prendre en main le bateau. Génial... Ca glisse, ca va (très) vite, les manoeuvres passent bien. Direction le Golfe pour une  escale à l'Ile aux Moines que nous contournerons le soir par l'est avant d'aller prendre un mouillage à Houat.

Samedi, jour de grande parade, nous commençons par visiter Houat. Quelle aventure ! Arrivée sur la plage en surfant les (tous) petits rouleaux, pêche aux moules, visite du village. Retour au bateau humide, les toujours petits rouleaux pouvant s'avérer malicieux, taquins ... et humides. Nous filons ensuite vers l'entrée du Golfe. Nous croisons sous voile au milieu de centaines de bateaux. 1 ris, peu de génois pour ne pas aller trop vite, nous passons toutefois rapidement d'un bateau à un autre, bien aidés par les 15 à 20nd de vent. Spectacle magique qui régale les yeux et remplit les cartes des appareils photos. Une fois rassasiés, nous filons au portant vers le mouillage Pénerf, un endroit calme et délicieux, avec une entrée bien technique où il vaut mieux prendre les bouées dans le bon sens.

Dimanche, toujours motivé, l'équipage envoie le spi dans un vent faible. Nous rentrons vers le Crouesty en longeant la côte. Encore des photos à l'arrivée car les vieux gréments prennent la mer pour rejoindre leurs ports d'attache.

L'équipage est HEUREUX !

Le savez-vous ? L'année prochaine il y aura Brest 2016...

Michel

 

 

Du 13 au 28 mars, 3 équipages ont navigué du Marin à Saint Marteen, en passant par La Dominique, Les Saintes, La Guadeloupe, Antigua, Barbuda, Saint Bath, Anguilla. 

Un périple d'environ 400 milles, une découverte pour tous. Magique ! De la brise, une météo très favorable, des plages extraordinaires, une eau turquoise, des baleines, des dauphins, le rêve !

L'aventure s'est déroulé sur 3 catamarans (Hélia 44, Orana 44, Lipari 41).

Vivement 2016...

Michel Latouche

 

 

Voici le résumé de notre croisière de 4 semaines et 766 milles sur Sirénade.

 

Les escales :

Semaine 1 Roscoff Dartmouth Dittisham Salcombe Yealm river Fowey Mevagissey Plymouth
Semaines 2-3 Plymouth Falmouth Penzance Scilly Ouessant

Molène Aber Ildut

Aber Benoit Roscoff
Semaine 4 Roscoff Guernesey Aurigny Cherbourg Le Havre      

 

Quelques impressions :

A comme Aber. On a bien aimé l'Aber Ildut, mais on a largement préféré l'Aber Benoit, en mouillant bien à l'écart. La petite musique le soir dans le cockpit en observant les oiseaux restera un moment unique.

comme Belle étoile. Histoire vraie: Mer Amitié a failli avoir 3 équipiers contraints de dormir sur Tresco (Scilly)à la belle étoile. Mais pourquoi?

comme Canal de Batz. Belle séance de navigation, vrai plaisir d'y passer dans de bonnes conditions.

comme Drisse. Celle du spi nous a laché le premier jour en fin de traversée de la Manche. Remplacée par une drisse installée en extérieur. 

comme Equipage. Indispensable pour naviguer sereinement. Vrai bonheur sur cette croisière.

comme Falmouth. Cette baie est magnifique. Arrivés au coucher du soleil, nous en avons pris plein les yeux.Le matin aussi.

comme Glisse. Départ de Falmouth, vent 3/4 arrière. Joli moment de glisse et de vitesse. Génial. G comme Grain aussi. Grosse masse qui est plus ou moins grise ou bleu foncé. Craint par le marin. Les Grains sont courtois et vous précèdent ou vous suivent, mais ne vous accompagnent pas. Sauf pendant les promenades à pied.

comme Hein ? Expression employée quand un breton vous indique la route en français et que vous pensezqu'il parle en breton (histoire vraie…).

comme Iles. Nous en avons visité 8 (Batz, Angleterre, St Mary's, Tresco, Ouessant, Molène, Guernesey, Aurigny).

comme James. Le copropriétaire du Mermaid. Voir aussi lettre Z.

comme KWAY. Vêtement indispensable pour les promenades à pied à Guernesey et Aurigny.

comme cap Lizard. Une courte séance de montagnes russes avec des pentes abruptes. Et un Sirénade très à l'aise et rassurant pour l'équipage.

comme Mevagissey. 4 places disponibles pour les visiteurs, dont une pour nous. C'est comment ? Il suffit de regarder la couverture du guide Imray de la Manche.

comme Navigation. On peut regretter les anciens moyens de navigation et la douce incertitude qu'ils généraient, mais le modernisme, utilisé à bon escient, a aussi du bon. Il permet au chef de bord d'être aussi en vacances. N comme Navigatrice aussi . La nôtre était au top.

comme Ouessant. Comme les copains avant nous, nous avons adoré la visite du musée des Phares et Balises. La balade à pied, la lumière, la côte, le paysage, l'ambiance, …

comme Phares. Ils ont guidé notre route, nous avons vu parmi les plus célèbres d'entre eux. Et appris beaucoup de choses à Ouessant.

comme Quand repart-on ? Au bout de 4 semaines, pas de lassitude, l'envie de continuer à bien en profiter. Alors, on repart quand ?

comme Roscoff. Très sympa comme cité (de caractère) et pour la proximité avec l'île de Batz, visitée 2 fois.

comme Scilly. Compliqué d'y aller, mais belle découverte avec une météo très favorable. Envie d'y retourner pour découvrir la faune d'encore plus près et pour faire du kayak et de l'exploration de mouillage en mouillage.

comme Tablette numérique. Ce nouveau gadget permet aussi d'observer les étoiles la nuit, en les reconnaissant. Aide précieuse pour le barreur dans les atterrissages compliqués.

comme Unique. Naviguer 4 semaines consécutives n'a rien d'exceptionnel, mais ça reste une expérience unique. Heureux d'avoir vécu ça, dans ces conditions là, avec ces équipiers là !

comme Vent. De face pendant les 3 jours pour aller aux Scilly, c'est long. Mais on savait ce qu'on voulait ! Le Vent est un phénomène météo très utile qui vous donne le cap à suivre. En effet, vous l'avez toujours parfaitement de face ou toujours parfaitement dans le dos. Enorme exception: entre Cherbourg et Le Havre, où vous êtes au largue. Et alors quelle séance de spi...

comme Wifi. Change la vie en termes de suivi de la météo, où que l'on soit dans ces contrées

est le résultat d'une équation à multiples inconnues: La météo, les marées, les courants, les heures de lever et de coucher du soleil, la lune, la compétence, les envies et les humeurs de l'équipage. Quand tout se combine à merveille, X est une formidable croisière.

comme Yealm river. Bel endroit, arrivée technique, belle balade, beau coucher de soleil, ambiance voile bucolique. Pub et fish and chips. L'Angleterre comme on l'aime.

comme Zodiac. Engin magnifique qui peut vous éviter certains désagréments. Voir aussi lettre B

Quelques chiffres

  Milles Distance moyenne en milles Nb jours de navigation Nb jours de repos Nb escales différentes Nb jours consécutifs sans ponton Autonomie en eau en jours
Semaine 1 215 31 7 0 7    
Semaines 2-3 351 44 8 6 7 11 11
Semaine 4 200 50 4 3 3    
Total 766 40 19 9 17            

 

Plus longue étape 109 Milles Scilly - Ouessant
Plus petite étape 2 Milles Dartmouth - Dittisham
Plus longue escale 3 jours Scilly
Nombre de bateaux utilisés 11 Mais lesquels ?
Vitesse maximale (sur un bateau) > 40 nds Mais lequel ?

Amicalement

Michel Latouche

 

Du 15 au 29 mars, 2 équipages ont découvert les Antilles. A eux les îles volcaniques, les coraux, les poissons exotiques, la mer couleur Grenadine, la pêche, les langoustes, les marchés aux fruits et légumes, les baignades…

Leur croisière s’est effectuée à bord d’un Lipari 41 et d’un Catana 42, catamarans à la fois rapides et confortables. Départ du Marin et destination le sud, jusqu’à Union ou Petit Saint Vincent.

L'alizé était au rendez-vous!