2017-08 Les 140 Milles de Lady Vague

​Après un week-end régate longue distance il y a 2 semaines, Lady Vague n'était toujours pas rassasié de milles.

Ses équipiers lui ont donc concocté pour ce premier week-end d'août un parcours à sa mesure: Un aller-retour Le Havre - Dieppe. Inutile de préciser qu'il fallait une experte en calcul de marée pour mener à bien cette aventure.

Départ vendredi en fin de journée, direction Fécamp. Et déjà le début du fantastique. Un merveilleux coucher de soleil alors que nous approchons d'Antifer, un ballet de dauphins qui durera une éternité, un arc-en ciel sur les falaises. Et un petit vent qui nous pousse dans la bonne direction. Arrivés vers minuit à Fécamp, nous ne traînons pas trop avant de rejoindre les couchettes, la nuit va être courte.

Repartis samedi à 7H30 de Fécamp, nous filons à 7,2 nds de moyenne vers Dieppe. Le soleil est de la partie. Les conditions sont top ! Une série d'empannages plus tard, nous arrivons suffisamment tôt à Dieppe pour aller nous restaurer sur le port. A noter pour rappel, l'obligation d'appeler Dieppe Port (canal 12) pour recevoir l'autorisation d'entrer et de sortir du port. L'après-midi est consacré au repos et à la balade.

Samedi soir, à 23h45 pour être précis, les réveils sonnent. Il est temps de repartir pour Fécamp... C'est le début d'une nuit magnifique. Pleine lune, 18 knts de vent, mer peu agitée, température douce. Après deux contre-bords, nous pouvons filer en route directe sur Fécamp. C'est le royaume de la glisse et du bonheur d'être en mer. Nous arrivons à Fécamp à l'heure du petit-déjeuner et enchaînons avec un sommeil réparateur en complément des micro-siestes effectuées pendant la navigation, non sans avoir mis tous les réveils en route car il ne faudra pas trop traîner pour repartir vers Le Havre.

Repartis à 12h30 de Fécamp, nous calculons habilement nos bords pour pouvoir virer sur les galets (ou presque) d'Etretat. Toujours ce soleil, toujours cette lumière, toujours ce vent... Il faudra attendre de passer Antifer pour que le vent molisse, un peu trop à notre goût.

En résumé, un week-end typique de la Manche, avec une marée pour naviguer, une marée pour se reposer, une autre marée pour repartir dans l'autre sens. Amusant !

Mais tout de même 140 milles de parcourus, ce qui est un peu moins typique. Et aussi des dauphins, des couchers de soleil, ... un peu comme aux Antilles non ?

Michel Latouche

 

2017-07 Les 100 Milles et une nuit de Lady Vague

​Les régatiers baroudeurs avaient rendez-vous à Deauville ce week-end, pour les 100 Milles et une nuit (joli nom pour une régate non ?).

Rendez-vous le vendredi soir pour un rapide convoyage vers Deauville. Accueil chaleureux de nos amis de la rive sud le samedi matin, petit déjeuner, briefing et hop, il est temps de rejoindre la ligne de départ avec nos 6 compères, dont le Figaro 2 Haute Normandie de Eric Delamare. Le mauvais temps qui règne est une opportunité pour nous car le vent de SW est plutôt favorable pour rejoindre l'unique marque de parcours, la bouée Quinéville W, juste devant St Vaast. Départ réussi pour le monde, et c'est parti pour du près (le fameux bonheur), pour 50 milles bien tassés. Heureusement, de magnifiques nuages gris nous amènent des grains copieux accompagnés de pluie et de rafales. Ceci permet à chacun de faire le point sur sa musculature du haut du corps.

Bref, après être partis à 11h15 de Deauville, nous rejoignons Quinéville à 20h avec près de 18 à 33 knts de vent et malgré tout un contre-bord à tirer. Prendre un ris, un 2ème, larguer, reprendre, larguer, reprendre, ... ça ne chôme pas sur Lady Vague. Avant de virer Quinéville, nous avons la chance de croiser notre Figaro 2 préféré qui bombarde à plus de 19nds sous GV haute et spi de brise dans 30 knts de vent. Waouh ! Quel spectacle.

Le retour se fait en ligne droite ou presque en fonction des oscillations du vent. Nous passons la ligne de Deauville à 3h30. Trop tard pour rentrer dans Deauville, trop de mer et de vent pour mouiller tranquillement, nous poursuivons notre route vers Le Havre. Même pas fatigués les régatiers !

Magnifique week-end, bonne organisation, météo velue... nous avons un peu mal au bras, mais déjà envie de repartir... Et vous ?

Michel Latouche

 

2017 05 06-08 - Saint-Vaast, gastronomie et dauphins

Petit retour sur notre navigation du week-end dernier à bord de Lady Vague.

Samedi matin, le bon vent de nord-est est idéal pour nous élancer vers Saint-Vaast. Navigation rapide, presqu'au surf à certains moments.

Le soir, c'est repas de fête : huitres et noix de Saint-Jacques et une superbe cocotte de curry d'agneau !

Lendemain matin, temps libre : balade sous le soleil, grasse mat, ou bien recherche active de crustacés auprès des pêcheurs locaux,  c'est au choix. Lady-Vague rejoint ensuite les îles Saint-Marcouf pour un petit mouillage, durant lequel on profite de la réussite de la recherche citée ci-dessus : 3 belles araignées de mer ! Un vent de nord mollissant nous pousse ensuite vers Courseulles, ce qui nous permet de défroisser le spi.

Des dauphins !

A la bouée d'eau saine, sur le point de mettre le moteur, une bande dauphins est aperçue par certains équipier(e)s à la vue perçante. Nous lofons pour les rattraper et s'en suit une bonne demi-heure assez folle durant laquelle les dauphins (peut-etre une dizaine) vont s'amuser avec notre étrave et nous faire leur grand numéro !!! Les quelques photos que j'ai attachées reflètent en fait assez mal l'émotion que cela a suscité chez tout l'équipage !

Après une nuit beaucoup plus calme à Courseulles, nous repartons vers Le Havre, cette fois-ci un peu fraichement au près (bah, le portant, ça finissait pas être lassant....), en appréciant comme d'habitude la finesse de Lady-Vague à cette allure.

Bref, encore un week-end plein de bons moments partagés.

Denis Mullot

 

2017-04 Avril en Manche

​Lady Vague s'embourgeoise pour notre plus grand plaisir !

En ce beau week-end d'avril, nous avons pu apprécier la superbe capote bleue de Lady Vague.

Merci à l'équipe de Gabriel et François.

 

Vent léger de Nord-Est, samedi matin, pour nous emmener vers le sud-ouest. Lady Vague trace sa route, vive et légère.

Au large de Ouistreham, en début d'après-midi, Sirénade, partie la veille passer le nuit à Honfleur, nous contacte à la VHF et fait route derrière nous.

Demi-tour pour aller à la rencontre du bateau. L'occasion d'accompagner l'équipage et de naviguer bord à bord, de faire quelques milles au près en appréciant l'abri de la capote.

Comme sur Sirénade, la fenêtre centrale dézippée offre une ouverture sur le pont pour une parfaite visibilité, le nez au vent dans la descente. On aime !

 

Le temps de faire quelques photos avant de se séparer, Sirénade rentre au Havre. Lady Vague se dirige vers le chenal de Ouistreham après quelques manœuvres, histoire d'en profiter au maximum.

Soleil et calme règnent dans le port. Peu de visiteurs à cette période.

 

Au retour vers le Havre, sous le soleil et avec un très léger vent, une mer belle, Lady Vague s'amuse, espiègle, l'équipage aussi.

Réglages, manœuvres de l'homme à la mer, "quatre-heures". Quelques dauphins font le gros dos au même rythme que le vent nous pousse, doucement.

 

Encore un super week-end sur ce bateau qui file sur l'eau, toujours très agréable à la barre.

Il vous attend avec impatience !

 

Josette Delagarde.

 

 

2017 04 - Pâques à Cowes

A l'occasion du week-end de Pâques, 6 équipiers motivés se sont retrouvés pour aller chercher des oeufs ... à Cowes !
Après une nuit en mer, ils arrivèrent à Cowes Yacht Haven en tout début d'après-midi.

Bien qu'assidus dans leur recherche, pas le moindre oeuf en chocolat à se mettre sous la dent. Fort déçus, ils noyèrent leur chagrin dans un pub devant une excellent bière et un non moins excellent fish and chips. Le dimanche matin, toujours pas remis, il leur fallu un english breakfast pour se consoler.

Entretemps, les boutiques avaient été visitées, une longue marche à pieds le long de la plage leur avait dégourdi les jambes. Sous le soleil exactement.

Le retour se fit en sortant par les Needles pour faire découvrir ce site à nos équipiers découvrant ce genre de périple.

Voilà une saison qui démarre fort: 2 nuits en mer, 215 Nm, pas une seule manoeuvre lors des traversées, plus de 6 nd de moyenne.

Les baroudeurs sont de retour !

Amicalement

Michel