Que de patience il a fallu pour cette première longue navigation de la saison ! Que de changements de dates, de programmes et d'équipiers avant ce samedi 26 juin au Havre. Avec une pensée pour celles et ceux qui auraient du être avec nous et qui pour plein de raisons n'ont malheureusement pas pu nous accompagner. Une semaine riche en apprentissage pour cet équipage réduit de 4 équipiers, la météo globalement de SW F4 à F6 tous les jours imposant de temporiser pour passer le nord Cotentin en raison d'une mer forte annoncée. Complexité supplémentaire, il est en ce moment interdit de s'arrêter (même au mouillage) dans les anglo-normandes. Au-delà des manoeuvres classiques, tout le monde a pu appréhender et s'aguerrir à la navigation en Manche, en sachant jouer avec les courants, les marées, un atterrissage de nuit à Lézardrieux et en s'adaptant au vent très souvent contraire. Notre périple:

  • Samedi 27 juin         : Le Havre - Deauville (16 Nm)
  • Dimanche 28 juin     : Deauville - St Vaast (65 Nm)
  • Lundi 29 juin            : St Vaast
  • Mardi 30 juin            : St Vaast - Cherbourg (35 Nm)
  • Mercredi 1 juillet      : Cherbourg - Lezardrieux (100 Nm)
  • Jeudi 2 juillet           : Lezardrieux
  • Vendredi 3 juillet     : Lezardrieux - Perros-Guirec (37 Nm)
  • Samedi 4 juillet       : Perros-Guirec - Roscoff (31 Nm)

Parcours Bretagne 2020 06

 

Lundi 29 juin            : St Vaast

 

 

Mercredi 1 juillet      : Cherbourg - Lezardrieux (100 Nm)

 

Jeudi 2 juillet           : Lezardrieux

Vendredi 3 juillet     : Lezardrieux - Perros-Guirec (37 Nm)

 

On a aimé, beaucoup !

 

 

Credit photo: LP, HC, PT, ML

Conditions un peu délicates cette année avec des trains de dépressions qui empêchent toute sortie en mer dans des conditions raisonnables. Le planning initial est donc revu et c'est à 3 que nous profitons d'une courte accalmie mercredi dernier pour convoyer Sirénade du Havre à Honfleur et laisser passer ensuite le gros coup de vent. Conditions maniables avec un vent de 20 à 30 knts essentiellement au portant, un peu de mer, peu de visibilité sous les grains. Le passage de l'écluse de Honfleur est compliqué car tous les pêcheurs de coquilles de baie de Seine viennent également se mettre à l'abri. Avec un peu de patience, nous finissons par nous faufiler dans un sas au complet.

Nous repartons en voiture vendredi après-midi à Honfleur, à 7 cette fois. Balade puis diner dans un restaurant sur le vieux bassin. La journée de samedi s'annonce bien !

Lever très matinal le samedi, il faut passer l'écluse à 7H30 pour se présenter avec le flux de marée et 30' avant le lever du jour en zone fluviale. Vous suivez ? Non ? Gabriel qui nous a donné de précieux conseils pourra vous en dire plus ! Bref, la sortie des écluses se fait avec encore un peu de courant à contre, puis la renverse intervient, le jour se lève, on remonte la Seine on longeant les balises vertes à partir de Tancarville. Entretemps le sémaphore de Honfleur aura été prévenu de notre périple.

La première partie du parcours se fait avec de beaux surfs car le vent fort en mer pénètre loin en Seine, les vagues aussi. Le spectacle est superbe, il fait doux, on en profite, la ville est belle. Nous prévenons les bacs de notre passage, ils ont la gentillesse de rester stationnés à notre arrivée.

Alors que le vent s'établit à nouveau au portant, nous renvoyons le génois. Un crac soudain se fait entendre, le pataras est complètement détendu, l'étai est souple, le mât ne tient plus en place. On sécurise en urgence le mât avec l'étai largable puis une drisse. Il rester à rouler le génois, sachant que l'enrouleur n'est plus utilisable en l'état et que le vent est toujours de la partie. Impossible également d'affaler sereinement le génois dans ces conditions (va-t-il descendre, est-il coincé, ...). Difficile d'avancer à plus de 2 ou 3 nds sans risquer d'aggraver la situation. Bref, on cherche une solution, on imagine un peu tout, même le pire. Rouen Port est prévenu en VHF de nos soucis, les bacs nous souhaitent bon courage ! La deuxième drisse est alors mise à contribution, nous la rallongeons avec un bout et réussisons à ferler suffisamment haut le génois pour qu'il ne prenne plus le vent. Ouf.. Chaque croisement avec un bateau (il y en aura peu) est traité avec grand soin car notre mât n'aime plus les secousses. Nous pouvons reprendre une vitesse de croisière et rejoindre le bassin St Gervais à 16H non sans avoir été suivi sur la fin du parcours par Lucky et son maître (notre président David) ! 

Le périple s'est donc terminé sans encombre. Le même problème le mercredi, à 3 équipiers, en mer, avec beaucoup plus de vent et de vagues aurait été beaucoup moins drôle.

3 équipiers repartent ensuite à Honfleur récupérés les voitures.

Ce dimanche a été consacré au démontage de l'étai, de la GV et du lazy bag, l'hivernage peut commencer comme prévu !

Merci à nouveau à l'équipage pour son grand calme dans ces circonstances.

Michel 

 

Entraînements d'hiver sur First Class 7.5 à Anneville-Ambourvile.

Bonjour à tous,

Rapide compte-rendu de notre navigation sur Sirénade:

  • 1 destination, Honfleur
  • 1 escale intermédiaire, Deauville, pour un  mouillage devant la zone de baignade le temps de déjeuner
  • Plusieurs dauphins, un phoque
  • 12 à 20 knts de vent, une belle rafale nous cueillant à la sortie de l'écluse de Honfleur
  •  Sirénade en pleine forme, qui nous a gratifié (encore) de belles vitesses
  • 1 soleil, qui nous a accompagné tout le ... samedi. 
  • 1 'long bord' à la cape, le temps de déjeuner le dimanche
  • 1 glace à Honfleur, c'était l'été indien
  •  Beaucoup de manoeuvres, écluses, port, empannages, virement, prise de ris, largage de ris

A noter la configuration du vieux bassin de Honfleur, avec l'ajout de catway pour les visiteurs. Beaucoup plus agréable...

Amicalement

Michel

Crédit photos: VB, ML