2016 mai-juin sur Lady Vague

Lady Vague – Sortie 9 juin


L’alerte météo a bien fonctionné et nous avons pu profiter d’une journée exceptionnelle sur Lady Vague:

·         Vent ( 1 ris et 2/3 génois)et soleil

·         4 manoeuvres d’hommes à la mer ( on déplore une absence totale de parité dans ce domaine pourtant essentiel de la navigation maritime)

·         24 milles effectués

·          des pointes à plus de 8 nds

·         et escorte de dauphins !!!

Nous sommes prêts à refaire l’expérience dès que possible !

Patrick Colléter

Lady Vague – Sortie 4/5 juin

Nous étions 6 au départ du Havre ce Samedi sur Lady Vague. Après avoir hésité sur la destination, nous avons finalement choisi d’aller passer la nuit à Courseulles-sur-Mer. Les conditions étaient clémentes et nous avons pu nous entrainer à faire quelques manœuvres et hisser le spi. Arrivés devant Courseulles, comme il nous fallait encore attendre 3 heures l’ouverture du sas, nous avons poursuivi jusqu’à Arromanches-les-Bains, histoire de faire une petite visite des pontons Phénix du Port Winston avant de profiter de la renverse des courants pour revenir sur Courseulles, où nous avons passé la nuit. Dimanche matin, nous sommes partis plein nord dans le brouillard pour un grand bord de près qui nous a progressivement amené vers Octeville au fur et à mesure que le vent initialement d’ouest tournait au nord. Nous avons néanmoins pu relancer sur la fin le spi pendant quelques minutes, histoire de réviser nos gammes avant de rentrer dans le port du Havre sous un grand soleil. Même avec un vent très léger, le bateau avançait tellement bien que nous avons réussi à parcourir 86 MN au cours de ce week-end.

David Vaudry

Lady Vague – Sortie mai

Trois jours formidables sur Lady Vague. Les nouvelles voiles sont sensationnelles! Le bateau file gaillardement 7 à 7,5 nœuds surface avec du vent.

Philippe Piganeau

 

 

2016 03 - Voiles neuves !

Petit moment d'émotion comme toujours pour cette première navigation de l'année sur Sirénade, très tôt dans la saison. Beaucoup d'impatience aussi, car la météo s'annonçait parfaite, à la fois pour croquer des milles, mais aussi pour manger ... des huîtres. Donc direction St Vaast !

Ce bord de près bon plein pendant 55 milles, avec ces voiles neuves, cette carène lisse, et ce bateau en parfait état fût un réel plaisir. Plaisir que nous pûmes savourer au mouillage de St Vaast, une vitesse excessive nous ayant fait arriver bien trop tôt.

Pour le retour, moins venté et avec un vent plus portant, le plaisir était toujours bien présent. Celui d'admirer le lever du soleil, les prémisses des lumières de printemps aussi.

Mais je n'ai pas répondu à une question qui doit vous tarauder: Fait-il plus froid en baie de Seine début mars qu'en Norvège début août ? La réponse est Ouiiiiiii. Sachant que même si l'équipement de Sirénade ne cesse d'être optimisé d'année en année, il n'est pas encore prévu d'installer un chauffage permanent.

Amicalement

Michel Latouche

 

2016 04 - Un dimanche à la campagne

Le samedi, tout est permis ! Alors ce sera direction Deauville pour un mouillage devant le casino, le temps de se restaurer avant de poursuivre notre route au portant et sous spi vers Ouistreham. Le timing est parfait, nous arrivons à l'ouverture du sas. 2 cables  cassés dans l'écluse ne perturbent pas notre manoeurvre, il en faudrait bien plus. A l'ouverture du sas, nous filons tout droit vers le pont de Bénouville. Remontée bucolique du canal, avant une escale non moins charmante et champêtre le long du quai juste avant le pont.

Le dimanche commence par une marche à pied, en passant par le musée puis le village de Bénouville. Canards, pêcheurs, rameurs, coureurs à pied animent notre matinée bien ensoleillée.

L'équipage au complet (soit 8 personnes) quitte son escale, car les meilleures choses ont une toujours une fin. Ce n'est toutefois pas la fin réelle des réjouissances, car nous filons alors vers le Havre en mettant en pratique les conseils que notre maître-voilier nous a prodigué au local fin mars. On borde (à quelques centimètres des filières), on reprend du chariot, on observe le creux, les penons, on reprend un peu de pataras. 

Et hop, la fusée Sirénade est lancée ! Ca file, ça glisse, le soleil brille, l'humeur est joyeuse !  Le bonheur, ce n'est pas toujours pour demain...

La virée se termine par une séance de manoeuvres au moteur au milieu des nouveaux pontons du Havre.

Amicalement

Michel Latouche