2014 10 - De toutes les couleurs

Ce week-end, nous avions un peu l’esprit ailleurs, alors nous avons peut-être regardé différemment le monde qui nous entoure, plus sensible encore à des couleurs ou des ambiances.

Le rouge flamboyant de notre spi en remontant vers Fécamp, s’ébrouant à chaque empannage pour rester sur la route.

Le blanc éclatant des falaises d’Etretat que nous avons frôlées le dimanche, avant de repartir tirer un bord plus au large.

Les pastels accompagnants notre arrivée sur Le Havre, avec de magnifiques reflets sur l’eau devenue miroir avec le vent mollissant.

L’impressionnisme de Monet, peignant les falaises à partir des plages de Fécamp.

Le rose du soleil couchant se reflétant dans le port de Fécamp.

Le gris très foncé de ce grain qui aura le bon le goût de nous éviter.

Et puis le noir des marsouins croisant notre route vers Antifer.

Enfin la convivialité de deux équipages qui se retrouvent ensemble au port pour un repas en commun, en refaisant le match, ou plutôt la navigation !

A bientôt

Michel Latouche

 

2014 10 18-19 : (re)Découverte de Courseulles

Le week-end s'annonçait ensoleillé avec petit vent de sud ouest, tout pour être heureux.
Sur le quai, samedi matin, un équipier matinal de Sirénade embarque avec nous, un contretemps fâcheux obligeant le reste de l’équipage à ne prendre la mer que le soir.
Courseulles, station balnéaire, est propice à nous accueillir, d’autant que certains équipiers ne connaissent pas ce port de pêche.
Le courant et le vent nous portent rapidement à destination. Nous avons largement le temps d'aller jusqu’à Arromanches et de faire quelques manoeuvres pour le fun.Les caissons du débarquement se distinguent parfaitement en bord de côte.
Après un contact avec Sirénade, en route vers Deauville, rendez-vous est pris pour se retrouver dimanche midi près de Dives-sur-mer, au mouillage devant le casino de Cabourg.
Lady Vague s’amarre à couple de Sirénade et ça fait du bien de se retrouver rèunis en équipage, les deux bateaux serrés l'un contre l'autre comme pour se réconforter et mieux accepter les émotions du week-end. Echanges, partage, évocation de souvenirs.
Et puis, retour vers le port d'attache.Beau bord de spi que l’on prolonge pour le plaisir.
Le ciel est bleu, la chaleur est estivale, on est bien en mer.


Josette Delagarde

Photos Thierry Dupuis

 

2014 10 - Histoire belge

Pour cette navigation, tout avait été organisé dans les moindres détails :

Documents nautiques (préparés par David dans le cadre de sa formation)

La météo : samedi vent  de SO F4 à 6 virant au No dans l’AM et dimanche vent NO de F3 à 5 s’orientant O de F2 dans l’après midi

Le parcours. Le Havre – Dives sur mer – Deauville – Le Havre

L’avitaillement: spécialité culinaire des uns, suggestion de dégustation pour les autres.

Notre départ du port du Havre fût – excusez du peu – salué par la patrouille de France en plein meeting aérien pour la commémoration des 100 ans de l’exil du gouvernement Belge pendant la grande guerre. En ce faufilant entre deux navires militaires, nous partons au large pour profiter de cette superbe journée.

C’est après le déjeuner que les choses se sont gâtées, puisque le CROSS, par un BMS, annonce un vent de NO avec rafales de F7. C’est à cet instant que nous décidons de faire route sur notre point de chute pour la nuit, soit Dives sur mer ; mais c’était sans compter sur la rapidité des événements qui précipitèrent un grain violent sur notre embarcation avec des vents à 30 nœuds et des rafales à 40 nœuds et une houle en proportion.

Dans ces conditions, L’entrée de Dives étant déconseillée, nous décidons de faire route sans attendre sur Ouistreham pour y passer la nuit et réchauffer notre mousse de 13 ans, courageux mais néanmoins frigorifié.

La journée du dimanche fût beaucoup moins agitée, puisque après avoir passé l’écluse de bon matin, la risée de NO nous propulsât dans le port de Dives pour prendre notre petit-déjeuner .

Le retour au Havre, sous le soleil, réconciliât l’équipage avec les joies de la navigation plaisir, bien différentes des  conditions de navigation de la veille

Arnaud

 

 

2014 09 27-28 - A la découverte Fécamp

Quel plaisir de faire ses premiers bords sous un chaud soleil d'automne, en Normandie !

C'est ce qu'exprimaient les 4 nouveaux équipiers venus découvrir des sensations nouvelles.
A 7h 30, samedi matin, Marie et Benjamin, rejoignent le reste de l'équipage, Christophe, Thomas, Patrick et moi-même, arrivés la veille sur le bateau. Le port ressemble à un lac...

Après les recommandations d'usage, Patrick donne quelques explications quant aux documents nautiques. Un petit vent est annoncé, les heures de marées et les courants nous poussent vers Fécamp. Super ! la côte d'Albâtre en cette journée sera un beau spectacle.
Il faudra atteindre la Hève pour toucher un peu de vent et voir "s'envoler" Lady Vague à plus de 3 Nds. Le vent reste stable, le soleil et la douce température aussi. Les courants nous portent. Lady Vague est un régal à la barre, chacun s'essaie au stick tout neuf. Antifer dépassé, c'est l'heure du déjeuner. Une mise à la cap s'impose. Douceur de vivre, calme, la côte défile doucement.


La barre est reprise pour se rapprocher d'Etretat et admirer les arches dans la lumière du soleil. Fécamp est en vue, le vent forcit 10, 12, 17 Nds, le génois est enroulé de quelques tours. Le bateau gite, impressionnant pour les novices. Eclats de rire ! Un dernier virement de bord pour contourner la régate et apprécier le moment, et nous rentrons au port vers 17h 30.


 

La soirée est propice à une balade le long de la plage où l'on voit des couples de mariés se faire photographier. Le détour vers la Boucane (devenue restaurant) pour déguster un bon breuvage en terrasse termine la journée.
Pendant que Patrick prépare ses "carbonaras", l'équipage révise les noeuds marins.
On croisera l'équipage de Sirénade, arrivé très tard dans la port et repartis discrètement à l'aube.