2018 08 31 - L'indonésie profonde

Petit Prince a terminé son séjour dans l’Indonésie profonde, et vient d’arriver dans l’Indonésie touristique (Komodo) pour l’anniversaire de ses 2 ans de voyage autour du monde !

Lors de la fin de notre séjour australien à Darwin, nous avons bien fait de faire une orgie de baignades dans le parc aquatique et de demi-journées aux parcs de jeux, car nous n’en avons pas revu depuis.

Nous sommes arrivés en Indonésie dans la ville de Kupang, au Timor. Après de longues formalités couteuses en papier (~10 listes d’équipages à fournie aux différents services, entre autres), nous avons pu profiter de la ville, et surtout de ses restaurants à moins de 2€ par tête et de ses magasins de vêtements dont les articles sont à peine plus chers. Le plein est fait.

Ensuite, nous sommes allés sur les îles de Lembata puis celle de Flores. Là, nous avons découvert un monde bien différent : nous avons rencontré des gens vivant bien mais avec peu de choses, habitant dans des maisons en bambous, se déplaçant exclusivement à mobylette (parfois à 4 dessus !). Les fruits et légumes se trouvent au marché hebdomadaire en l’absence de magasin, et si l’on souhaite de la viande, il faut acheter le poulet vivant ! Depuis l’expérience de la poule montée à bord de Petit Prince, devenue l’amie des enfants le temps d’une soirée, puis passée à la casserole, on ne mange plus de poulet à bord… Il reste les œufs.

Les croyances animistes y sont fortes : pour aller en haut du volcan Kilimutu, notre guide a demandé la permission aux ancêtres, puis les a remerciés à la fin, car dans le cas contraire, parfois, le brouillard bouche la vue.

Dans la rue, nous étions parfois suivis par 20 enfants, étant des objets de curiosité. Nous avons été plusieurs fois invités à boire le thé (de Java) ou le café (de Flores) chez l’habitant, échangé nos coordonnées, et la 3G étant arrivée dans les villages les plus importants, nous avons obtenu des contacts facebook !

Notre départ de Mausembi, où nous sommes restés 5 jours et nous sommes liés d’amitié avec la famille de Vincent, a été très émouvant. Corentin est allé dire au-revoir à Joyce jusque dans son école, Aurore à Kasey en lui faisant plein de bisous. Il est parfois dur de partir, mais nous allons faire de nouvelles rencontres, sans aucun doute.

Nous sommes maintenant arrivés à Labuhan Bajo, sur l’extrême ouest de Flores, porte d’entrée de l’île de Komodo et de ses célèbres dragons. Beaucoup d’hôtels visibles depuis le large, on entend à nouveau parler anglais et même français dans la rue. Nous y avons retrouvé Sinoe, un voilier ami parti de Nouméa un peu plus tard que nous avec des enfants de l’école où était scolarisé Corentin. Le monde est petit, et encore des retrouvailles !

En termes de navigation aussi il y a eu du changement : les alizés de l’hémisphère sud se sont éteints. Pour avancer à la voile il nous a fallu compter sur la brise thermique de l’après-midi. Nous avons battu notre record de vitesse lente lors de la traversée Kupang – Lembata : 2 nœuds de moyenne, moins de 4km/h, c’est très lent pour parcourir 100 miles. Heureusement les îles sont proches, donc les navigations ne sont jamais trop longues. Et toujours plaisantes, sur une mer calme, avec beaucoup de soleil et des nuits étoilées, avec toujours ses spectacles de dauphins, dont nous avons croisé un énorme « troupeau » en arrivant jusqu’ici.

Sur tous ces bons souvenirs qu’on engrange, nous vous disons à bientôt !

Pierre-Emmanuel, pour l’équipage de Petit Prince