2015 06 - Lady Vague across the Channel

La météo pour les prochains jours en Manche s’annonce musclée sur la côte française, mais plus calme sur la côte anglaise. Traverser la Manche vers le Solent reste notre objectif et nous embarquons sur Lady Vague pour une navigation de nuit, ce dimanche soir 7 juin, après un dîner léger. 

A 23h, Lady Vague et ses quatre équipiers larguent les amarres, cap au 330°, 1 ris puis 2 ris dans la grand-voile, vent NE 18 à 20 nds qui s’établit plus tard dans la nuit à 15 nds. Patrick et Hervé prennent le premier quart et ne laissent la barre que vers 4 h du matin, lundi. La nuit est claire, la lune brille, avec Raymond, nous voyons le lever du jour. 

Vers 11h la terre se dessine au loin, le vent adonne, le courant nous rapproche de la Tour Nab. A 15h30 nous entrons dans le Solent, toujours sous le soleil. Lady Vague s’amarre au ponton visiteurs de la marina de Cowes Haven, vers 18h30, après avoir suivi le chenal tantôt au moteur ou tantôt sous voile, suivant les caprices du vent.   Mardi matin, le ciel est bleu et le soleil brille. Comme prévu, le vent souffle avec rafales dans le port, la mer est agitée, les régatiers sont déjà partis, certains voiliers doublent les amarres. Les rues de Cowes sont très agréables pour y flâner. Le Royal Yacht Club et ses canons, d’ou sont donnés les départs de régate, vaut le détour, d’autant qu’un très beau voilier est amarré devant. Une halte à l’Anchor Inn est conseillée pour goûter aux bonnes bières anglaises.  

L’après-midi, accompagnés par les écoliers en uniforme, le ferry à chaine nous emmène vers la rive nord et la marina de East Cowes Haven, marina plus à l’abri.   Mercredi matin, le vent souffle encore, mais la mer est un peu moins agitée. A 9h, nous quittons le ponton sous le soleil toujours présent, direction Lymington. Le vent NE de 20 nds avec rafales  nous y amène rapidement, au portant, 2 ris dans la grand-voile et génois enroulé de moitié. Jack in the basket est en vue. Lady Vague embouque le chenal. Un ferry nous croise, masse impressionnante. A 11h30, l’équipage est ravi de découvrir, pour certains, la marina de Lymington, à l’abri du vent. L’accueil de la capitainerie est à souligner. Amabilité et sourire. Locaux modernes et joliment décorés de photos en noir et blanc retraçant la construction de la marina. Une pochette contenant un livret d’informations sur les marées et activités, une fiche météo, les codes utiles, est remise à chaque visiteur. Quant aux sanitaires, modernes, spacieux, lumineux, comme à la maison !

La petite ville est très animée. La dégustation de glaces est de rigueur en ce jour presque estival.   Notre retour est programmé pour la journée du lendemain jeudi, la météo de la nuit n’étant pas favorable. Le vent doit baisser dans la journée.

Appareillage jeudi matin à 11h pour profiter du courant favorable qui nous pousse rapidement vers les Needles par 15 nds ENE, un ris dans la grand-voile. Le 2eme ris est pris rapidement à la sortie car le vent monte. Lady Vague file sous 21 nds de vent, à 8 nds de moyenne sur le fond, et passe bien la forte houle qui nous accompagne durant toute la traversée. A 35 milles du Havre, vers 22h, l’orage gronde au loin et se rapproche. Les éclairs illuminent le ciel dans la nuit. Impressionnant ! Le vent tombe rapidement, le génois est rentré, le moteur tourne. Puis, brutalement, le vent passe de 9 à 36nds en moins d’une minute.

La mer est hachée et blanche, le coup de vent ne dure que quelques minutes mais c’est suffisant pour déchirer la grand-voile. Après affalage, l’équipage se met à l’abri des trombes d’eau qui s’abattent et en sécurité dans le carré pour laisser passer l’orage qui durera une petite heure. Nous rejoignons Le Havre au moteur vers 5h30 vendredi, soulagés de n’avoir pas subi d’autres dégâts. 

Quelle aventure ! Un orage en mer reste un phénomène qu’il ne faut pas prendre à la légère.  Cet épisode n’aura tout de même pas gâché les bons souvenirs de ces quatre jours dans le Solent . 

Josette Delagarde